“La pratique de la gratitude a changé ma vie”

Outils Etudes
Laisser un commentaire

Une enquête comme on aimerait en lire plus souvent sur les ramifications de notre émotion favorite.

“Les personnes reconnaissantes éprouvent des degrés plus élevés d’émotions positives.”

 

Le cérémonial des remerciements aux soignants qui s’est vite répandu lors du confinement rejoint une technique éprouvée de la psychologie positive : la pratique de la gratitude. Un outil de transformation de soi qui accroît le bien-être physique et mental.

Le rituel aura perduré durant tout le confinement. Et même un peu au-delà. Inlassablement, à partir du 16 mars, des centaines de milliers de Français cloîtrés se sont donné rendez-vous tous les soirs à 20 heures pour remercier depuis leurs fenêtres les soignants et tous les travailleurs mobilisés sur le front de l’épidémie. Banderoles, concert d’applaudissements, coups de trompette et autres vuvuzela… Dans certaines rues, l’ambiance était carrément à la liesse.

Une manière de se défouler mais aussi de se relier aux autres. De faire face ensemble à l’adversité, unis par l’expression partagée d’un sentiment de profonde gratitude. Car – tous ceux qui y ont pris part pourraient en témoigner – cet élan de reconnaissance allait bien au-delà d’un simple merci de circonstance. « Cet épisode traumatique a refait prendre conscience à beaucoup de l’importance de l’autre dans le bien-être de chacun. Bref, de l’interdépendance des êtres humains », souligne la psychologue Rebecca Shankland. Une révélation aux conséquences pratiques heureuses.

« Alors qu’on aurait pu craindre un renfermement sur soi et ses proches, on a vu émerger un peu partout en France de nombreuses manifestations de solidarité », poursuit cette enseignante-chercheuse, coauteure avec le psychiatre Christophe André de l’ouvrage Ces liens qui nous font vivre  (Odile Jacob). C’est là l’une des grandes forces de la gratitude, telle que nous la révèlent tous ceux qui en étudient les ressorts. En éprouver favoriserait l’envie de faire à son tour le « bien ».

Lire l’article (très) complet sur Les Echos

Publié le 19 juin 2020

Étiquettes : , ,

 Partager cet outil sur votre site

Copier puis coller le code ci-dessous dans le code HTML de votre site :

Découvrir nos autres outils

aimons pleurer : parce que pleurer fait du bien !

Commenter