Soasig, Super Marie O et moi

Article
Laisser un commentaire 1

Lorsque nous sommes surpris·es par des connexions et ramifications invisibles, on se demande jusqu’où elle remontent. Quand et pourquoi tout a commencé ? Alors que ce qui compte est juste ce qui s’est passé.

Je chine dès que j’en ai l’occasion

Je parcours moins les brocantes pour collectionner que pour me laisser surprendre. L’oeil attrape quelque chose et mon coeur se met à battre, comme une méditation dont le seul guide est l’intuition. Je vis donc dans des lieux où chaque objet m’a réveillée pour gagner sa place.

Je flâne aux portes de Paris lorsque se dresse devant moi…

Super Marie O : statue revisitée de la vierge, arborant moustache et salopette d’un Super Mario. Onde de choc. Je connais cette patte, et y retrouve l’espièglerie habile de Soasig Chamaillard dont j’avais mille fois détaillé avec gourmandise les Madones détournées. Dingue, me dis-je. Que fait-elle ici, sur ma route habituelle ? Je la photographie, m’enquiert de son prix, mais il me manque un lien intime avec soit ce jeu vidéo, soit cette moustache si présente et particulière. Je passe ma route.

Mais j’en parle à mon ami marchand qui connaît mes penchants. Pragmatique et expérimenté, il m’incite à vérifier l’authenticité de l’oeuvre. Mais pour quoi faire, me dis-je, sans envie de cohabitation. Une semaine passe, et curieux il me relance. Pour l’apaiser, j’envoie la photo à l’artiste. La reconnaissez-vous ? Vous souvenez-vous d’elle ?

Réponse instantanée

Affirmatif, et son apparition crée chez Soasig un tumulte immédiat. #panique, m’écrit-elle en me bombardant de questions. Qui, comment, où, pourquoi ? Et dans ce bric à brac, elle a la sensation de retrouver son enfant égarée mais hors de portée. Elle éprouve un besoin instantané de la récupérer. Nous nous parlons et décidons de mener l’enquête qui grâce à mon ami s’avérera express.

En deux heures de temps, Marie O était logée et négociée

Et m’en voici propriétaire avant même d’en avoir éprouvé l’intention. Je me comprends alors simple courroie de quelque chose d’inattendu et important. Je rappelle l’artiste qui de son côté a imaginé des montages, prête à tout pour la rapatrier. Et à cet instant, je prends une décision. Celle de rendre Marie à sa mère dès sa libération. Ou plus exactement, je l’échange contre une oeuvre à venir et à créer. La journée de Soasig prend un virage inattendu. Nous nous reparlerons trois fois encore avant qu’elle ne conclue notre conversation par quelque chose qu’elle a à me de dire. C’est aujourd’hui son anniversaire. Elle avait enfilé ce matin un bracelet sur lequel est écrit Ha Ha Ha en se demandant quelle raison la vie allait lui donner de rire. 

La remise de l’otage s’est faite en pleine campagne

A mi-chemin entre nos lieux de vie, nous avons fait connaissance et retissé l’incroyable synchronicité. La moustache sur laquelle j’avais butée justifiait l’urgence du rapatriement de l’oeuvre. Symbolisant pour sa créatrice la présence de son père, disparu depuis, un travail en cours qui nécessitait de retrouver l’original et un alignement de planètes (décrit par la NASA) inédit du jour de son anniversaire de l’an 2020.
Ne souriez pas, entre nous, tout cela tombait sous le sens. Comme si nous étions elles et moi guidées par quelque chose qui nous avait largement dépassées et menées à nous rencontrer.

L’aventure ne fait que commencer

Puisque une oeuvre nouvelle jaillira de cette promenade dont la seule ambition était de renouer avec l’imprévu léger pour mettre derrière moi un confinement qui m’avait tant lestée. La morale de ce retour de moral est de ne jamais se laisser enfermer par la raison avant d’avoir tendu l’oreille. Pour entendre ce que notre intuition nous glissera du coeur comme étant la seule décision digne d’être prise. Et bien sûr, de la prendre.

 

Pour découvrir la même histoire vue de la fenêtre de l’artiste

 

🙏 @soasigchamaillard & @chinerchezbern

Publié le 30 juin 2020

Étiquettes : , , , ,

A lire aussi

Interview avec Natacha Dzikowski

C’était à mon tour de prendre place dans l’interview : Toutes les vies…  de Natacha Dzikowski. Changer de vie. ...

Journal de jeûne 2015

Dîner de Kifs sorti et 3kifsacademie.com ouverte, je savais qu’il était temps d’aller redémarrer mon propre disque dur. Direction ...

L'atelier des 2012 bonheurs

Mais que c’était bon…

…cet atelier de bonheur consacré aux résolutions 2012. La salle était pleine. De femmes, de couples, d’hommes qui avaient ...

Un commentaire sur “Soasig, Super Marie O et moi”

Commenter