Moment suffisamment doux pour le souligner.

Là tout de suite, il fait formidablement bon d’être où je suis et probablement comme je suis.

Ma maison est silencieuse. Je suis au chaud et au sec. Mon fils dort sur le canapé à quelques mètres de moi, comme un chat. Ordinateur sur les genoux pour transformer ce que je vis en phrases. Les lunettes posées sur le nez, la lumière est jolie, le thé est chaud, le bouillon frémit dans la pièce à côté. Je ressens une joie intérieure très forte. J’ai la sensation d’être en paix. Tout simplement. Cette paix vient-elle de l’intérieure ou de l’extérieure de moi ? Je ne sais jamais vraiment dire, mais je savoure un instant d’équilibre parfumé au romarin.

Madame Lavie, je vous dis “merci”.

Étiquettes : , ,

A lire aussi

J’ai besoin de vous

Dans son formidable livre Supercollectif, mon cousin Emile Servan-Schreiber démontre la puissance de la diversité des opinons, regards et ...

Reporters d'espoir

Reporters d’espoir

Je suis membre du jury du prix Reporters d’espoir qui récompense, dans différentes catégories, des journalistes et médias qui ...

5 commentaires sur “Miam”

  • vermillard dit :

    j’adooore cette “madame Lavie” ….
    Dans 2 semaines c’est notre tour de recevoir des amis de 20 ans pour notre “WE d’avant noel”, pour la 6ième fois ….. et cette année aura une saveur particulière : gratitude, pot au feu et Mont st Michel …… bonne fin d’année et merciiii pour ces beaux et doux partages.

  • Chevrin dit :

    je découvre à l’nstant votre blog et je me reconnais dans cette douce quiétude que vous décrivez.pour moi cette joie vient de l’intérieur,quand on se sent en adéquation avec ce qui nous entoure, dans l’instant.
    Paulette

  • Marie dit :

    Ha… que ça doit faire du bien….

    Le climat qui s’est installé chez vous a beau être extérieur à vous, c’est bien celle qui est tapie à l’intérieur qui a la clairvoyance de l’apprécier ! 🙂

  • Karine Duflos dit :

    Egalement, je savoure ce moment de calme aprés la tempête du dîner familial où les enfants veulent parler en même temps et se fâchent lorsqu’on ne les écoute pas…mais là tout se suite, fenêtre un peu ouverte, une légère odeur de feu de cheminée rentre chez moi, des murmures me parviennent de la chambre des enfants avec la lecture du soir racontée par le papa, magie de l’instant…
    Karine

  • sandrine Boulet dit :

    :))))))

Commenter