Cent vingt trois master kifs

Article
Laisser un commentaire 5

C’est une habitude que j’ai prise il y a dix ans. Dans le train qui me ramène de mes vacances de Noël, je fais le bilan de l’année écoulée. J’avais commencé timidement en trouvant une réalisation par domaine de la vie : familial, amoureux, professionnel, relationnel, physique, communautaire, etc.

Ensuite, je choisissais lequel de ces domaines captiverait mon attention, en priorité, pour l’année suivante, et je décidais ce que j’en attendais. Mais ces 12 derniers mois sont passés aussi vite que le TGV qui me ramène. Alors, j’ai fait un peu autrement. Calée dans mon siège, j’ai ouvert mon agenda et reconstitué les grands moments de 2015.

Un grand moment ne signifie pas qu’il est grand mais que pour moi, il l’a été.

J’ai listé sans m’arrêter. Exercice fastidieux, mais je ne voulais rien rater. Inventaire hétéroclite :  examen médical réussi, fou rire avec ma mère, marche pour Charlie, nouveau livre, nouvelle académie, cours de chant, blessure d’enfance réparée par des voies ésotériques, rencontres,  interview de Christophe André, un TedX donné sur l’amour, des discussions avec mes enfants, des amitiés qui s’enrichissent, deux voyages en particulier, un dîner précis, des idées mises en oeuvre, des progrès managériaux, de l’écriture, des séances d’acupuncture, des cahiers des charges conçus, des conférences en ligne, des triomphes, des situations embarrassantes, des erreurs, des expérimentations en hypnose, la mort de Suzon, le courage de mes amis, la confrontation au pire, la magie de Venise, le talent de mon mari, et toujours des relations qui se polissent ou s’enrichissent.

Légèrement essoufflée, à la fin, je les ai comptées. Il y en avait tout juste cent.

Cent moments, expériences, découvertes, déboires ou douceurs qui ont marqué mon chemin.

Le lendemain, j’ai relu mon journal intime. D’autre moments m’ont sauté aux yeux. Leur intensité ne se traduisait pas dans un calendrier. Et pour finir, je me suis repassée toutes les photos enregistrées depuis le premier Janvier dernier. La liste a ainsi atteint cent vingt trois événements particuliers qui ressembleraient bien à des master kifs. Je me suis ensuite sentie bien, toute la journée qui a suivie. Excitée, en fait.

Car perdue comme je le suis, à chaque début d’année, entre mes rêves et mon incapacité à me projeter, j’avoue que j’ai souri. Voyant vraiment de quel bois et variété se chauffe toute une année. Tout n’était ni prévu, ni annoncé, ni même désiré. Mais au final, quelle ballade.

Cet exercice m’a rassuré sur l’absence de besoin de tout prévoir. Me donner des directions a l’air de suffire pour me satisfaire au bout du compte. L’année 2015 a été marquée par plein de choses dont nous nous serions passées. Mais elle m’a aussi démontrée qu’en toutes circonstances, c’est d’être vivant qui compte. Pas juste de respirer, mais en activité, et capable surtout, de ne pas oublier d’en profiter. Même s’il faut s’asseoir de temps en temps pour se le rappeler.

Vivement 2016.

A lire aussi

La petite supérette de campagne

La joie de la supérette

Ma campagne Mes occupations des ces derniers mois m’ont tenue très loin de la campagne qui est la mienne. ...

Interview pour le podcast On veut tout

C’est quoi être Professeur de bonheur ? Les enfants sont-ils les premiers professeurs de bonheur ? Que dit la ...

La Science du bonheur : un levier puissant pour entreprendre (sa vie)

Je suis la marraine du Hackathon de Led By Her, les 17 et 18 avril 2019. J’échange avec Ana-Clara pour Led ...

5 commentaires sur “Cent vingt trois master kifs”

  • Françoise Milton dit :

    le bonheur, la facilité à voir chaque jour un beau moment de vie…je l’ai…mais 2015 a été juste imprévu : la maladie ..puis le décès de mon mari…aujourd’hui tout a changé, plus rien ne sra plus jamais comme avant et malgre mon tempérament positif à l’extrême….c’est une bataille quotidienne que ce chemin du deuil…
    pour autant le vie continue et , en effet, quand on est en pleine forme…d’être vivant….c’est juste l’Essentiel….le reste n’est que littérature!
    vive 2016

    • Florence Servan-Schreiber dit :

      Chère Françoise,
      j’ai commencé ce matin le livre de Maryse Wolinski, qui comme vous a perdu son mari en 2015. Envie de la lire pour comprendre comment la vie reprend, car elle le peut et elle va le faire, dans de telles circonstances. Mon coeur est avec vous, avec elle et avec tous ceux dont le tapis s’est ou se dérobera sous nos pieds. Merci de passer ici pour et de croire qu’il reste du meilleur à venir.

  • marie kléber dit :

    Les mots, les photos, les souvenirs…avec tout ça on se rend compte que la liste est longue!
    On ne planifie pas tout et ça arrive. Le bonheur se cueille chaque instant. Let’s enjoy 2016!

    • Christele dit :

      Marie Kléber de Normandie ?
      Amusant de te retrouver là ! Je kiffe !!!
      Bises !

  • Agoaye dit :

    Merci pour ce bilan largement positif et empreint de sagesse.
    Mes regards sur l’année sont généralement photographiques, et ces temps-ci j’essaye vraiment d’en sublimer le positif.

Commenter