Ayurveda, là-bas

Article
Laisser un commentaire 7

J’ai profité d’une conférence que je donnais à Bali pour me réfugier quelques jours hors du monde : 5 jours d’ayurveda à Sukhavati. J’ai choisi le lieu un peu au hasard. L’ayurveda n’étant pas une spécialité balinaise, les propositions ne pleuvaient pas non plus. Mais je suis formidablement bien tombée.

Le centre est situé dans un village à l’est de Changu. Rizières, rivières, jungle et, bien sur, un temple dans chaque maison. Le soir de mon arrivée, mariage au village. La société balinaise est organisée autour de ses communautés. Une cinquantaine de maisons constituent un noyau rapproché. Tout est géré par un conseil constitué à moitié d’hommes et à moitié de femmes. Même le rôle de la police est assuré par un comité civil. Au temple, pour la cérémonie, nous avons été accueillis à bras ouverts. Le mariage expliqué. Les costumes spectaculaires. L’esthétique balinaise est très précieuse, joyeuse et bariolée.

Il n’y a que 8 chambres à Sukhavati. Nous sommes donc peu nombreux et immédiatement choyés. Le centre a été créé par Steve Grifith, professeur australien de méditation transcendantale depuis 30 ans. Passionné par l’inde, la santé et la méditation, il a réuni ici toutes ses inclinaisons.

Une journée typique commence par une séance de méditation, puis de yoga. Chacun rend ensuite visite au docteur Banji, venu d’inde pour assurer les consultations quotidiennes. L’Ayurveda, s’intéresse de très près à la digestion pour rééquilibrer le corps. On en parle donc beaucoup. Chaque jour, des soins nous sont prescrits en fonction de notre dosha, notre constitution et de ses déséquilibres.
Toute séance de soin commence par un massage des pieds au citron vert d’une tendresse infinie. Puis un massage de la tête. Le tout associé à un mélange d’huiles chaudes personnalisé, je vous laisse imaginer l’abandon qui s’en suit.La délicatesse des mains des balinaises est sans égal. Même l’hôtesse à l’aéroport colle les étiquettes sur les bagages comme on langerait un nouveau né.

L’ayurvéda soigne le corps et l’esprit. Chaque matin, on nous dépose dans la chambre un pyjama tunique blanc pour déambuler librement. Idéal pour la température, faire du yoga ou juste traîner. Les menus sont aussi prescrits. Et la cuisine est excellente. Végétarienne, légère et variée. Les épices  et tisanes sont sélectionnées pour soigner : cumin, curcuma, gingembre. On y préfère le riz blanc au brun, “plus facile à digérer”. 5 jours sans sucre, laitages, farines de blé ou viandes, ça change.

Mes voisins étaient tous australiens. Pour n’être jamais encore allée en Australie, j’étais ravie de cet échantillon. Une jeune joueuse de hockey sur gazon, une spécialiste en explosifs, un consultant minier, une prof de prise de parole en public pour anglais deuxième langue. Toutes ces professions ne courent pas les rues, dans ma vie parisienne. Steve parle exactement comme l’acteur comique Owen Wilson. Je me régalais donc, de chacune de ses interventions.

La nature y est folle de beauté. Le terrain est un immense dénivelé qui s’achève dans une rivière. Luxuriance végétale totale. La taille des arbres et la température chaude et humide ont été pour moi, de tout cela, le plus dépaysant. Il a souvent plu, mais là bas, ça compte moins. Il fait chaud quand même.

En fait, ma tête s’est dévissée, entraînée par tout le travail effectué par et sur mon corps. Avec un zeste de méditation en plus, j’ai trouvé ce que je cherchais : la relève, pour quelques jours du petit vélo qui m’accompagne en permanence. La mise de côté des tourments, accumulations et responsabilités. La paix, le sommeil, la douceur, la chaleur et la gentillesse. Le tout orchéstré par des mains neutres, habiles et bienveillantes. Celles des Putus, de Kadeks et  Gurudjis, profs de yoga, masseuses, cuisinières ou accompagnateurs. Une famille se forme très vite dans une bande aussi spirituelle. Les balinais sont des gens très à part qu’il fait bon fréquenter. Pas trop près de la folie civilisée, mais clairement dans le cadre de leur vie dans laquelle j’ai adoré me glisser.

 

A lire aussi

La fabrique à kifs sur les blogs

La Fabrique à kifs sur les blogs

Depuis cet été, nous parcourons les routes pour vous donner 10% de bonheur en plus. La Fabrique à kifs est passée ...

Nouveau livre d'Hélène Bonhomme C'est décidé, je suis Fabuleuse...

C’est décidé, je suis Fabuleuse…

Hélène Bonhomme, publie son second livre. C’est décidé, je suis fabuleuse : petit guide de l’imperfection heureuse. Son crédo ? ...

Ennui ?

Cette image dit “Lassé de m’ennuyer car s’ennuyer est ennuyeux”. Mais je crois que je ne m’ennuie jamais. Peur ...

7 commentaires sur “Ayurveda, là-bas”

  • Laurie dit :

    Que j’aimerais aller faire un séjour aussi extraordinaire. Merci pour cet article qui m’a fait déjà voyager. Je vais habituellement aux Antilles, mais Bali est un endroit dont on m’a beaucoup parlé. Peut-être un jour…

  • Odile dit :

    On sent le bien être à travers vos propos!! j’y étais presque. Belle journée

  • Christine dit :

    Bonjour,

    quelle PAIX !

    I would like to go too.

    Merci pour ce partage; j’en veux encore !

    Belle journée @ vous.

  • Christine dit :

    Bonjour,

    quelle PAIX !

    I would like to go too.

    Merci pour ce partage; j’en veux encore !

    Belle journée @ vous.

  • Lucia dit :

    On sent l’énergie couler…:)

  • Chantal AMIARD dit :

    I would like to go ! Merci Florence pour ce magnifique petit compte rendu qui donne
    exactement l’ambiance ds laquelle tu as baignée.
    Belle et douce journée

  • Anne-Liesse dit :

    I want to go ! Ça a l’air merveilleux, plein de douceur et de ressourcement. Merci, Florence, pour ce partage.

Commenter